Le monde appartient aux introvertis, article super intéressant paru dans l’INREES

http://www.inrees.com/articles/monde-appartient-introvertis-loehken/

Le monde appartient aux introvertis

Les introvertis, condamnés à moins bien réussir en société ?
Au contraire ! Car peu importe où l’on se situe
sur le continuum introversion-extraversion, il est
possible de communiquer efficacement !
Découvrez les 10 forces d’une personne introvertie,
extrait de l’ouvrage de Sylvia Loehken.

Première force : la Prudence

L’échange de vues circonspect démontre du respect

De prime abord, la prudence ne semble pas une force particulière, en termes de communication. Mais les premières impressions peuvent être trompeuses : les gens prudents font preuve de délicatesse dans leurs rapports avec les autres, plutôt que d’agir avec lourdeur et vigueur. Ils traitent les autres avec compréhension, tact et respect et ne se montrent pas inflexibles.
Comme vous le savez, l’outillage neurobiologique différent chez les introvertis et les extravertis signifie que les extravertis agissent en fonction de la récompense, alors que les introvertis se préoccuperont avant tout de la sécurité. La prudence, en tant que caractéristique, est une conséquence positive de cette quête de sécurité : les gens réservés observent et réfléchissent en profondeur avant de prendre des risques, s’ils en prennent…
Mais les risques et les aventures ne se présentent pas seulement sous forme de sauts à l’élastique et de placements : ils adoptent aussi la forme de communications, Les gens prudents préfèrent éviter les comparaisons risquées, les suggestions agressives, les idées soudaines ou même les attaques de front. Deux choses importent pour ces personnes lorsqu‘elles traitent avec d’autres: d’abord, elles tiennent à garder une distance respectueuse. Elles n’ont pas l’intention d’en révéler trop à leur sujet.

Elles réservent ce qui les allume, ce qui leur importe et ce qui les enthousiasme pour leurs bons amis. Elles se comportent aussi avec respect envers les autres et préfèrent garder leurs distances, au départ. Et puis, les gens réservés ne disent pas de choses à moitié réfléchies ou mal” conçues, et ne prennent pas de décisions rapides, fondées sur l’intuition. Elles exigent davantage d’elles-mêmes: elles aiment mûrir et examiner les idées sous tous leurs angles avant de les exprimer en mots. Et elles ont tendance à avoir une piètre opinion des énoncés hâtifs émis par les autres.

Lorsque la prudence devient peur

Le revers de la prudence est la réticence avec laquelle les gens réservés communiquent de l’information sur eux—mêmes, ou s’enthousiasment à propos de quelque chose. L’extraverti qui est le destinataire pourrait voir cela comme de la distanciation ou de l’indifférence Dans les cas extrêmes, la prudence devient peur et donc, un obstacle. Nous nous pencherons là-dessus au début du prochain chapitre.
Mais les gens qui prennent part à une conversation pourraient accueillir favorablement la prudence de leur interlocuteur: ils pourraient ainsi sentir qu’on les prend au sérieux et que l’on n’exerce pas de pression sur eux. Ce qu’une personne réservée dit avec précaution n‘est pas considéré comme une affirmation de soi, et cela fournit de la substance, du contenu. Et nous en venons directement à la deuxième force.

Deuxième force : la Substance

La communication, avec une dimension de profondeur

Les introvertis traitent constamment les impressions. Ils sont toujours préoccupés par ce qu’ils voient, pensent et vivent. Ils réfléchissent tout au long de leurs heures de travail: à propos d’eux-mêmes et des autres, du sens et de la signification, de ce qui est et de ce qui devrait être. Cette activité d‘arrière-plan est typique du cerveau des introvertis, et c‘est l’une des meilleures conséquences: elle mène à une importante accumulation de contenu. Cela signifie que, lorsque des personnes réservées communiquent, ce qu‘elles transmettent aux autres est profond, car leurs propos sont sûrement passés par une phase d’essai et de filtrage mental approfondi, y compris tout le contexte environnant. C‘est pourquoi ce que disent les introvertis est souvent particulièrement important, profond et utile. Ce sont là les trois aspects du contenu de la substance.

Une préférence pour les amitiés vraies et profondes

La substance est également essentielle dans les rapports avec les autres: les gens qui ont de la substance trouvent plus utile et agréable, dans des activités sociales, d‘avoir des discussions véritables avec peu de gens, que de rencontrer un tas de gens de façon superficielle. Ils seront plus intéressés par le contenu d’un énoncé, et moins par la formulation et la présentation du contenu. Ils sont capables d’établir des amitiés profondes et véritables qui peuvent durer toute une vie et, même si ces relations ne sont pas nombreuses, elles leur importeront davantage qu‘un large cercle de connaissances superficielles.

L’impression de passivité.

Mais la substance a ses inconvénients : comme dans le cas de beaucoup de bonnes choses, elle se forme graduellement. Autrement dit, les gens de substance sont souvent trop lents dans des situations exigeant des communications «rapides», car ils ont besoin d‘assez de temps pour cogiter avec la profondeur nécessaire. Cela s’applique particulièrement aux cas où il faut soupeser des idées ou composer avec une controverse. Par conséquent, les gens de substance sont souvent considérés à tort comme passifs ou graves parce qu’on ne peut pas voir l’activité intense qui se déroule dans leur esprit.

Elle se forme graduellement…

C’est pourquoi le statut d‘une personne ou le bavardage ont rarement de l’importance pour les personnes de substance et ce sont même des concepts qui sont tout à fait étrangers à certaines d’entre elles. Cette attitude est avantageuse pour les personnes préservées dans bien des situations, par exemple au cours d’une bonne conversation ou d‘un débat théorique, de la lecture d’article philosophiques ou de réunions visant la résolution de problèmes.

Troisième force : la Concentration

Croître par la force de la concentration

Bien des gens réservés sont dotés d’une grande capacité de concentration. Ils sont capables de rester très longtemps absorbés par une même question. C’est facile à expliquer: contrairement aux extravertis, les introvertis ont besoin de peu de rétroaction et de sensations externes. Les conséquences appréciables de la concentration profonde sont nombreuses et variées: les gens qui sont capable de se concentrer font ce qu’ils ont à faire plus facilement et mieux que les gens qui se laissent aisément distraire. Selon toutes les probabilités, ce sur quoi ils se concentrent est destiné à croître. Nikolaus Enkelmann, ancien maître de la communication, a formulé ce principe de la croissance parmi ses 14 principes de vie la loi de la concentration.

La concentration assure une forte présence

Les gens concentrés traitent la question en cause avec toute leur attention. Cela signifie qu‘ils rayonnent d’une intensité qui donne de la puissance à leur présence et qu’ils peuvent impressionner grandement leurs interlocuteurs. On peut le voir, par exemple, lors de conférences où des gens réservés utilisent leurs ressources discrètes pour captiver leur auditoire. Ainsi donc, il n’est pas essentiel, pour un introverti, d’être sous les feux de la rampe. Il n‘a pas besoin d‘occuper le devant de la scène pour communiquer ni d’avoir un vaste auditoire. Cela a d’agréables conséquences en ce qui concerne ses interlocuteurs: ils peuvent lui accorder toute l’attention qu’il mérite. L’attention est une monnaie précieuse dans les rapports sociaux : tout le monde aime être remarqué. Voilà un capital important pour les personnes qui peuvent de concentrer !
Lors d‘activités sociales, toute personne qui peut laisser aux autres de l‘espace pour communiquer aura un tas de conversations intéressantes qui seront encore rehaussées par la 2e force, la substance. Et la force suivante est aussi très utile.

Quatrième force : l’Écoute

Des monologues au lieu de vrais dialogues

L’écoute est sans doute l’une des compétences les plus sous-estimées dans les relations humaines. Si vous écoutez les conversations types, vous remarquerez, surtout lorsque ce sont des extravertis qui s‘expriment, que le dialogue est en fait une série de monologues: pendant qu’une personne dit quelque chose, l’autre est en train de décider quoi dire, au lieu d‘écouter attentivement. Mais, dans un échange d‘opinions, la capacité d’écoute fournit l’occasion de créer un véritable dialogue, au cours duquel les interlocuteurs s’écoutent l’un l’autre, de sorte qu’ils auront obtenu le point de vue de l’autre personne, une fois la conversation terminée.

L’avantage des introvertis: une écoute véritable

Beaucoup de personnes réservées ont une bien meilleure écoute que la plupart des gens. Elles assimilent l’information en tant qu’observateurs et traiteurs d‘impressions nés, et évaluent celles-ci au cours de réflexions subséquentes, ainsi que pendant leurs réparties. Elles savent comment filtrer l’essentiel de ce qui a été dit: qu’est—ce qui est important pour l‘autre personne? Quelle information est pertinente ? Comment s’imbrique-t-elle dans l‘en—’ semble? L‘écoute véritable est donc un processus intense et très actif, alimenté de surcroît par la 3° force, la concentration.

La force de l’écoute est très utile pour la personne qui est écoutée: lorsqu’on est « tout ouïe », on accorde son attention pleine et entière à son interlocuteur. C’est bon pour toutes les personnes en cause, et cela fait des merveilles pour nouer des relations, résoudre des conflits, ou créer une atmosphère propice à la négociation.

Cinquième force : le Calme

La signification du calme intérieur et du calme extérieur

Le calme présente deux aspects: le calme extérieur qui est l’absence de stimuli externes, alors que le calme intérieur est un état mental. Ces deux aspects peuvent aider les personnes réservées dans leurs communications, mais seul le calme intérieur, à strictement parler, peut être considéré comme une force personnelle. Cependant, le calme extérieur est si important pour les personnes réservées qu’il mérite une attention particulière.

Le calme extérieur

Toutes les personnes réservées savent que le calme extérieur est essentiel lorsqu’elles veulent travailler de façon intensive ou qu’elles ont besoin d’une nouvelle source d’énergie.

Le calme intérieur est essentiel…

Accumuler de l‘énergie avec calme
C’est pourquoi vous avez sûrement besoin de vous enfermer pour réfléchir ou pour refaire vos forces après un épisode épuisant. Dans les pays favorables aux introvertis tel le Japon, il est consideré comme courtois de laisser de la place pour le silence, même dans une conversation. Les communicateurs professionnels recommandent même de garder délibérément le silence dans certaines situations. Pour les introvertis, en particulier, ce peut être une puissante ressource rhétorique, dans le bavardage, par exemple (voir le chapitre 6), ou au cours de négociations (voir le chapitre 7). Ce qu’il y a d’agréable, avec le calme extérieur, c’est l‘absence d’agitation. Cela rend possible de traiter l’information et d’atteindre le calme intérieur en même temps. Une personne réservée qui n’a pas la possibilité d’avoir un peu de tranquillité dans un contexte relaxant en remarquera rapidement les conséquences: la tension, l’irritabilité et l’épuisement en sont les symptômes types.

Le calme est sain
Le calme extérieur est un important facteur de bien-être. Une étude finlandaise de longue haleine sur les maladies cardiaques (Cardiovascular Risk in Young Finns Study) a démontré que les femmes qui sont sensibles au bruit ont tendance à mourir plus tôt: il semble clair qu’il existe un lien entre le stress auditif et le stress physique général, qui se manifeste par l‘accélération du pouls, la hausse de la pression artérielle et la prédisposition aux accidents vasculaires cérébraux et aux crises cardiaques. Cette constatation est importante car les introvertis sont souvent sensibles au bruit. Il est non seulement agréable de s‘assurer des périodes de calme, mais c’est également sain. Il n’est cependant pas clair si ces avantages concernent autant les extravertis que les introvertis.

Carl Gustav Jung soulignait aussi que les introvertis semblent avoir besoin de moins de nouvelles impressions que les extravertis. C‘est pourquoi de nombreux introvertis trouvent le calme extérieur agréable, indépendamment du fait qu’il leur permet de refaire le plein d‘énergie: leur intense vie intérieure leur fournit assez de stimulation, et ils ne sont pas distraits par le monde extérieur. Cela leur procure davantage d’espace pour réfléchir et pour gérer leurs expériences. Le calme des introvertis est précieux pour les extravertis, car les gens réservés les incitent à prêter attention à eux-mêmes et à leurs besoins, et à réfléchir avant d‘agir. La capacité de créer le calme extérieur doit donc assurément être considérée comme une force.

Le calme intérieur

La voie de la lumière
Le calme est beaucoup plus que l‘absence d’irritants extérieurs. C’est aussi, et des millénaires de tradition spirituelle le démontrent, la seule voie menant à la lumière: sur nous-mêmes, Sur les autres et sur la vie. Mais cela signifie également une autre sorte de calme: le calme intérieur, état qui entraîne des changements mesurables dans le cerveau.

La paix intérieure par la méditation
Les gens qui méditent régulièrement en sont la preuve: des études neurologiques (par exemple celle qui a été réalisée par Andrew Newberg et Eugene d’Aquili) ont démontré que chez les gens qui méditent, les zones du cerveau liées au bonheur, à la paix intérieure et à la dépendance de l’ego à l’égard du monde environnant sont plus actives. En même temps, lorsque les gens méditent, une moins grande quantité d’énergie est dirigée dans les zones qui alimentent l’agressivité, le besoin de fuir ou le comportement compulsif.

LE CALME INTÉRIEUR EST SYNONYME DE CLARTÉ,
DE VUE POSITIVE DU MONDE ET DE CONCENTRATION.

Il y a aussi une autre bonne nouvelle pour les gens réservés : la méditation améliore la capacité de distinguer les irritants majeurs des irritants mineurs. Cela signifie que le cerveau fonctionne plus efficacement dans l’ensemble, car il peut diminuer son activité totale et doit donc dépenser moins d’énergie. Par ailleurs, il peut se concentrer davantage sur des tâches importantes et plus difficiles. Autrement dit, les 3e et 5e forces devraient être considérées comme liées entre elles: un plus grand calme signifie une meilleure concentration!

Le succès grâce à une meilleure combinaison des forces
Moins de dépense d‘énergie et davantage de concentration: il ne s’agit pas d‘une contradiction. Dans son livre sur le silence, George Prochnik (2010) compare cette apparente contradiction à un athlète d‘élite dont le pouls ralentit davantage que celui du sportif occasionnel, mais qui obtient de bien meilleurs résultats en compétition parce qu‘il est capable de combiner ses forces selon ses besoins et peut rapidement augmenter ou diminuer sa dépense d’énergie.

LES FORCES DE LA CONCENTRATION ET
DE LA PAIX INTERIEURE SONT LIÉES.

La paix intérieure apporte aux gens la relaxation, comme le fait leur environnement. La vitesse à laquelle ils parlent et leurs pauses pour réfléchir apportent un certain calme dans leurs interactions avec les autres. Cela signifie que dans une conversation décontractée, par exemple, ou lors d’une chaude discussion ou de négociations, il est possible de garder l’atmosphère agréable, dans l’ensemble, et cela dissipera un peu le stress.

Il est possible de garder l’atmosphère agréable…

Sixième force : la Pensée Analytique

Une plus grande distance par rapport au monde extérieur.

Les gens réservés n’ont pas le monopole de la pensée analytique, mais un bon nombre d‘entre eux sont capables de grandes réalisations dans ce domaine. Le flux constant de leurs processus intérieurs place les introvertis plus loin du monde extérieur que les extravertis: ils filtrent et traitent sans arrêt, et ils réfléchissent aussi plus longtemps et plus en détail que les extravertis, autrement dit, avec concentration et persévérance (3e et 8e forces).

La prédominance du cerveau droit ou du cerveau gauche …

Il existe aussi un groupe de gens réservés qui semblent particulièrement doués au point de vue analytique. Le moment est tout indiqué pour parler d’une subdivision utilisée d’abord par Olsen Laney dans son livre, publié en 2002, afin de clarifier la différence entre divers types d’introvertis. Tant chez les extravertis que chez les introvertis, un hémisphère (gauche ou droit) du cortex cérébral est plus prononcé que l’autre. Les gens ont donc une prédominance du « cerveau droit» ou du «cerveau gauche ». Le cortex droit est le domaine de l‘intuition et de la pensée picturale, alors que le cortex gauche est lié au traitement de textes, de nombres et aux connexions logiques. Voici un résumé qui vous aidera à déterminer votre côté dominant.

Cette présentation est légèrement simplifiée: les hémisphères gauche et droit du cerveau participent tous deux à la plupart des activités, mais le résumé présente les zones focales de chaque activité.

Les introvertis axés sur le cerveau droit

Les gens réservés dont le cortex droit domine ont tendance à traiter l’information de façon subjective et intuitive, comme une « conviction profonde», un «pressentiment». Ils ont souvent des dons artistiques, ils réagissent plus émotivement que les gens axés sur le cerveau gauche et sont doués pour l’improvisation. Ils trouvent plus facile que les gens «cerveau gauche» de composer avec les situations où ils doivent relever plusieurs défis à la fois.

Les introvertis axés sur le cerveau gauche

Les gens réservés dont le cortex gauche domine, d’après Olsen Laney, se rapprochent davantage du stéréotype d’introverti: ils ont besoin de moins de contacts sociaux et ont tendance à être orientés «objets », et «théorie». Cela leur permet de se distancier de leur entourage dans une certaine mesure, ce qui constitue une bonne base pour la pensée analytique ! Les introvertis «cerveau gauche» peuvent maintenir l‘ordre dans leur esprit et dans leur environnement, et ils ont tendance à prendre des décisions fondées sur la raison, plutôt que sur les émotions. Ils se laissent plus facilement submerger par un trop grand nombre d‘exigences que les gens «cerveau droit», et ils traitent systématiquement une chose après l‘autre. Ils présentent une bonne dose de pensée analytique.

Ils ont besoin de moins de contacts sociaux…

LA FORCE DE LA PENSÉE ANALYTIQUE EST UN SUPPLEMENT OFFERT
AUX INTROVERTIS «CERVEAU GAUCHE», EN PARTICULIER.

Les avantages pour les adeptes de la pensée analytique

Les gens dotés d‘une pensée analytique vont au fond des choses. Leurs forces résident dans la recherche, la comparaison et l’exploration. Ils peuvent décomposer des situations complexes en éléments individuels et fixer des catégories, puis s’en servir comme base en vue d‘élaborer des stratégies relatives à ce qu‘ils ont à dire ou à faire. Ils procèdent de la même façon pour prendre position dans une conversation, pour trouver des solutions ou des mesures à adopter. Les personnes dotées de la pensée analytique excellent dans la planification et le traitement des écrits, même lorsque cela comporte beaucoup de chiffres.

La pensée analytique est très précieuse dans les domaines exigeant de se fonder sur de l‘information exacte, de théoriser sur de nouvelles connaissances et de les catégoriser, par exemple dans des domaines universitaires, dans le contrôle des choses et dans toutes les sphères où la résolution de problèmes est importante: en médecine, en TI ou dans le traitement des technologies à risque.

L‘utilisation d’une analyse rigoureuse pour éviter une trop grande stimulation
L’analyse rigoureuse est également utile pour imposer une structure aux situations déroutantes et elle peut, dans une certaine mesure (ce qui est particulièrement important pour les gens axés sur le cerveau gauche), permettre d‘éviter une trop grande stimulation (décrite comme le 35 obstacle, dans le prochain chapitre). Si une dispute commence, au cours d’une réunion, les gens dotés d’une pensée analytique peuvent se demander: quelle est l‘information importante, dans cette situation? Qui représente quel point de vue? Cette attitude permet de tracer des voies dans une avalanche d’impressions et de se distancier de la situation elle-même. Ces approches rendent la vie plus facile, particulièrement chez les introvertis plus sensibles.

Septième force : l’Indépendance

Les introvertis diffèrent des extravertis sur un point crucial: comme nous l’avons vu au premier chapitre, ils dépendent moins de la réaction des autres et des impressions de leur entourage. Cela les rend plus indépendants, de façon générale.

Heureux d’être seul

L‘indépendance ressort particulièrement dans le fait que les gens réservés trouvent facile d‘être seuls ; ils ont même besoin d‘être seuls pour recharger leurs batteries. Les gens indépendants sont moins préoccupés par ce que les autres pensent, et ils trouvent plus facile de dire et de faire ce qu‘ils considèrent comme important et correct. (Cela s’applique aux introvertis « cerveau droit » de façon limitée [voir les explications à‘ la 6e force] car ils réagissent plus émotivement à leur entourage.)

L’actrice britannique introvertie Tilda Swinton en est un bon exemple : elle est mariée à un peintre et écrivain plus âgé, ils ont eu des jumeaux ensemble, mais elle entretient une autre relation avec un artiste plus jeune et a révélé dans une interview que son idée du bonheur serait de dormir dans son propre lit pendant six mois.
L’indépendance signifie donc l’autosuffisance et la liberté intérieure. Elle procure la capacité de se prendre en main et de prendre des décisions sans constamment chercher à se faire rassurer par les autres. Le revers de la médaille est que cela éloigne de la communication, de la capacité de vivre avec d’autres et du travail d’équipe.

L’autosuffisance et la liberté intérieure…

La capacité d’être altruiste

J’ai gardé pour la fin ce qui est probablement la forme la plus élevée d‘indépendance: la capacité de faire abstraction de soi-même.
Dans le cas d’un caractère mûr et indépendant, les actes ne sont pas guidés par la vanité, l‘ambition ou le besoin de reconnaissance. D’autres éléments sont nécessaires: l‘ensemble du problème, les choses importantes et précieuses (2e force: la substance, le contenu) ou d’autres personnes et leurs besoins (10e force: l’empathie). Il est intéressant de constater que la capacité d’être altruiste peut que découler d‘une saine confiance en soi.

Huitième force : la Persévérance

La persévérance intentionnelle

La persévérance est la capacité de poursuivre une situation ou une idée, même si le succès est lent à venir ou que l’on nous résiste.
Cette caractéristique est différente de la fixation (que vous verrez plus bas, en tant qu’obstacle) : la fixation dénote un manque de souplesse, ce qui signifie que la personne en question restera sur ses positions lorsqu‘elle communique. La force ici est essentiellement la patience délibérée.

Les gens réservés persévèrent aussi dans leur façon de travailler: ils sont plus enclins que la moyenne à aller au fond des choses, et ils sont préparés à affronter de graves problèmes. Ils se concentrent sur quelque chose, sont extrêmement consciencieux et ne se laissent pas aussi facilement distraire que les extravertis, qui sont plus enclins à se laisser gagner par des stimulations externes.

Plus de résistance pour plus de compétence

Cette force facilite la planification et la tenue d‘importantes conversations et négociations. Elle permet de décider plus facilement s’il vaut la peine de s‘en tenir à sa position et de déterminer s’il existe une marge de manœuvre. C’est une force qui mène au genre de résistance dont bien des extravertis ne peuvent que rêver et qui ouvre la voie à la performance optimale: le psychologue de recherche Anders Ericson a conclu, à la suite des études qu’il a réalisées, qu’il faut 10 000 heures de pratique assidue dans tout domaine pour atteindre la performance d’un expert (cité dans Cain, 2000).

Marie Curie, à titre d’exemple

L’un des modèles célèbres pour illustrer la persévérance est Marie Curie, deux fois lauréate du prix Nobel: physique, en 1903, et chimie, en 1911. Elle s’est consacrée très tôt à la science, en dépit de nombreux obstacles. Elle a été refusée à l’Université de Varsovie, alors elle est allée étudier en France. Elle a financé ses premières recherches en enseignant dans une école de filles et son œuvre de pionnière dans le domaine de la radioactivité a souvent exigé qu‘elle répète certaines expériences plusieurs centaines de fois. La persévérance semble un préalable important à l‘atteinte de réalisations extraordinaires.

Neuvième force : Écrire (plutôt que parler)

Le médium préféré des introvertis

Bien des gens réservés préfèrent communiquer par écrit, que ce soit pour eux—mêmes (p. ex. un journal personnel, un agenda, un projet) ou avec d‘autres (textos, courriels, lettres, blogues, ou réseau en ligne). Étant donné qu‘ils jonglent avec les idées avant de les mettre en mots pour communiquer, l’écriture semble un bon moyen d’expression. Et puis, l’écriture suit leur cadence personnelle: le geste de coucher les mots sur papier ralentit la communication, et ils n’ont pas à s’adapter à la vitesse de leur interlocuteur. Ainsi, lorsque les gens écrivent, ils peuvent suivre leur propre rythme.

Ils peuvent suivre leur propre rythme…

Les réseaux numériques (Twitter, Facebook, les forums en ligne et les clavardoirs) méritent un chapitre en eux-mêmes. Bref; des gens réservés apprécient ce genre de contacts parce que communication se fait par écrit et permet de garder une certaine distance. Vous trouverez plus de renseignements sur ce genre de réseautage au chapitre 6.

Les avantages de la communication écrite
Il existe aussi des possibilités au point de vue professionnel pour les gens qui préfèrent l‘écriture à la parole. Les mots peuvent être soupesés et formulés avec plus de précision dans un courriel qu’au téléphone. Le sommaire d‘un projet écrit dans un site intranet permet à tous les membres de l’équipe d’en prendre connaissance et de contribuer au projet quand ils le désirent. Un bref compte rendu à propos des objectifs à atteindre pourrait être plus utile qu’un rapport verbal lors d‘une réunion. Les réunions et les discussions des groupes de travail peuvent être planifiées à l’aide de mots clés et de brefs exposés écrits. Les gens réservés qui préfèrent l’écriture peuvent alors se joindre au groupe avec plus de confiance : ils ont réfléchi à l‘essentiel et pris des notes pour s’en souvenir.
Une seule condition doit être remplie: la communication écrite devrait convenir à la situation, et non servir à éviter un échange de vues direct.

Dixième force : l’Empathie

La force intuitive

Les gens dotés d’empathie peuvent se mettre à l’écoute de leur interlocuteur, ce qui se fait au moyen de la force intuitive, plutôt qu’en recourant à des stratégies particulières. Ils trouvent facile de mettre le doigt sur ce qui allume les autres ; ils peuvent donc cerner ce qui leur importe et ce dont ils ont besoin. La capacité de se mettre à la place de quelqu’un d’autre est aussi de l’empathie. Il est plus probable que les gens axés sur le «cerveau droit» et les introvertis extrêmement sensibles soient dotés de cette force que les gens axés sur le cerveau gauche. Cette distinction corticale est expliquée dans les notes sur la 6e force.

Les neurones miroirs rendent possible l’empathie

Les neurobiologistes ont démontré que ce sont ce qu‘on nomme communément les «neurones miroirs» du cerveau humain qui rendent l‘empathie possible. Bien sûr, tant les introvertis que les extravertis ont des neurones miroirs. Alors, pourquoi l‘empathie est-elle une force des personnes réservées? Comme pour la 7e force, l’indépendance, la réponse réside dans une caractéristique propre aux introvertis: contrairement aux extravertis, ils ont besoin de moins de confirmations et d’assurance de leurs pairs. Et puis, cela leur importe moins de se comparer aux autres sur les plans du statut, de l’intérêt qu’ils présentent et du succès qu’ils remportent. La plupart des gens réservés ont plutôt un «arbitre» intérieur, qu’ils consultent tout le temps. Cette indépendance par rapport aux autres, alliée à la tendance à analyser et à catégoriser, donne beaucoup de latitude aux introvertis pour prêter attention à leurs pairs, avec tous leurs besoins et leurs caractéristiques. Les introvertis peuvent alors se fonder sur ces connaissances lorsqu‘ils communiquent. Les conséquences en sont positives: dans ce qu‘ils ressentent et disent, ils traitent leur interlocuteur comme une vraie personne.

Établir la confiance grâce à l’empathie

L‘empathie est soutenue par une autre caractéristique que l’on trouve chez les gens réservés: la tendance à prêter attention à l’environnement et à traiter correctement les impressions ressenties. Les gens réservés qui ont de l’empathie trouvent facile de gagner la confiance des autres. S’ils ont aussi de la substance (2e force) et qu‘ils ont une bonne écoute (4e force), ils peuvent être des compagnons et des contacts précieux, pour les extravertis aussi, qui se sentent souvent à l‘aise, acceptés et soulagés d’un poids avec eux. Et toute personne qui négocie et fait montre d’une pensée analytique (6e force) ainsi que d’empathie peut être tout simplement irrésistible.
Ce sont aussi les gens dotés d’empathie qui constatent les compromis possibles et peuvent les proposer avec diplomatie. C’est parce qu‘ils ne sont pas limités à un éventail d‘intérêts, mais qu‘ils peuvent voir tous les aspects d’une chose, les aspects éthiques compris. Ils savent que le monde ne tourne pas autour d‘eux. Les gens empathiques suscitent peu de conflits lorsqu’ils agissent parce qu‘ils se soucient des autres et cherchent des solutions avec eux. Ils sont également moins agressifs: ils comprennent très bien tout le stress qu‘un comportement agressif peut entraîner.

La capacité d’empathie peut être diminuée par la peur ou par une trop grande stimulation (voir les 1er et 2e obstacles au chapitre 3).

Où résident vos forces ?

L’estimation de vos propres forces

Les gens “réservés”, comme nous l’avons vu au début de ce chapitre, sont plus enclins à l‘autocritique qu‘à la vantardise à propos de leurs forces. Vous connaissez maintenant les forces d’un bon nombre d’introvertis. Pouvez-vous reconnaître aussi les vôtres ? Ne vous en faites pas si vous avez des doutes: ce n’est pas inhabituel. Voici quelque chose qui vous aidera: répondez aux trois questions qui suivent. Elles sont destinées à faire taire la voix intérieure critique et à vous faire graduellement voir vos points forts.

Advertisements

One thought on “Le monde appartient aux introvertis, article super intéressant paru dans l’INREES

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s