L’AMOUR VS LA PEUR

Bonjour,

Le défi des 100 jours avance et c’est merveilleux, tel un oignon j’ai l’impression que je retire une après une les couches que j’ai soigneusement cumulé les années passant.

Aujourd’hui j’observe la peur des sentiments, allez j’ose le dire : la peur d’aimer. Mon défi est d’aligner le Corps, le Coeur et l’Ame. Je relisais un texte du Dalaï Lama qui disait simplement s’il y a de la peur, il n’y a pas d’amour.

Force est de constater que je suis remplie de peur. Je suis remplie de peur et pourtant il y a de l’amour autour de moi, beaucoup d’amour, sous tous les formes possible. Et je résiste pourtant à ouvrir mon coeur qui s’est refermé il y a si longtemps, petit à petit sans vraiment savoir contrôler cela.

Aujourd’hui j’ai l’impression d’avoir perdu le mode d’emploi. J’observe ma résistance à accueillir cette énergie bienveillante, j’observe mon incapacité à exprimer, à dire, à montrer, à déclarer, à sourire, à lâcher prise, à me lover dans cette énergie qui n’est certes pas vitale mais qui est la cerise sur le gâteau, qui donne accès au beau à l’intérieur de soi, à la beauté d’être En Vie et en fin de compte qui mène à la rencontre de l’Autre.

Lorsque je suis dans ces périodes de doutes, il y a ces mots, ces textes, ces poèmes qui me réconfortent, et qui m’accompagnent dans cette traversée.

Voici celui qui m’a parlé aujourd’hui.. peut-être une clé pour retrouver le mode d’emploi et interpréter les sentiments qui renaissent en moi :

” Et en ce qui concerne les sentiments : sont purs tous les sentiments qui vous saisissent et vous élèvent ; impur, le sentiment qui ne s’empare que d’un seul aspect de votre être et, ainsi vous déchire. Tout ce que vous pouvez penser eu égard à votre enfance est bien. Tout ce qui fait de vous plus que ce que vous avez été jusque-là dans vos meilleurs moments est juste. Toute élévation est bonne lorsqu’elle parcourt tout votre sang, lorsqu’elle n’est point ivresse, lorsqu’elle n’est pas trouble de joie de part en part transparente. Voyez-vous ce que je veux dire ?

Votre doute peut devenir une qualité profitable si vous l’éduquez. Il faut qu’il devienne savant, qu’il se mue en critique. Dès qu’il s’apprête à vous gâcher quelque chose, demandez pourquoi cette chose est laide ; exigez de lui des preuves, soumettez-le à examen, et vous le trouverez sans doute perplexe et embarrassé, peut-être s’insurgera-t-il aussi. Mais ne cédez pas, exigez qu’il fournisse des raisons, et ne manquez pas d’agir en toute circonstance en faisant ainsi preuve de vigilance et de rigueur ; le jour viendra où, de destructeur il sera devenu l’un de vos meilleurs artisans – peut-être le plus malin de tous ceux qui construisent votre vie”.

Extrait Lettres à un jeune poète Rainer Maria Rilke

Défi des 100 jours

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s